Notre histoire

Enseignants en secondaire de différentes branches, issus de plusieurs écoles de réseaux et de pédagogies différents, les fondateurs de l’ASBL L’École Ensemble ont uni leurs expériences et leur volonté d’une école plus juste pour construire un projet d’école véritablement mixte et à pédagogies actives. Le collectif se compose également d’instituteurs, de travailleurs de l’aide à la jeunesse, de parents, etc.

L’ASBL est née de plusieurs constats et envies :

  • La Belgique connaît un des enseignements les plus inégalitaires d’Europe. En hiérarchisant les écoles et les filières, il trie, oriente les élèves et détermine leur avenir socioprofessionnel. L’école ne sert plus d’ascenseur social, renforçant plutôt les inégalités déjà présentes dans la société. Si notre enseignement est aussi inégalitaire, c’est en grande partie parce que le principe de mixité sociale n’y est pas respecté, s’apparentant plutôt à un marché. Beaucoup des enseignants du projet travaillent avec un public issu de milieux populaires et ne connaissent pas la mixité dans leurs classes. D’autres travaillent avec un public de milieux aisés et ne connaissent pas non plus la mixité sociale dans leurs classes. Pourtant, lors de certains projets, les jeunes de ces différentes écoles se rencontrent, bossent ensemble et apprennent les uns des autres. Les jeunes ne se mélangent pas parce qu’aucune structure ne les fait se rencontrer. Il semble évident que l’école devrait pouvoir être ce lieu de rencontre, de découverte de l’autre et de vivre-ensemble.
  • Les élèves sont bien plus épanouis lorsqu’ils sont impliqués dans leur apprentissage, lorsqu’ils sont mis en projet et trouvent du sens à ce qu’ils étudient, ils sont heureux de venir à l’école, apprennent avec enthousiasme et évoluent. La pédagogie traditionnelle montre de plus en plus ses limites, de surcroît face à une jeunesse en crise. Plus que jamais, notre enseignement a besoin de modernité, de se redéfinir.
  • L’école est trop souvent coupée du reste de la société et ne donne pas aux élèves les clefs pour l’appréhender et la faire évoluer. Sans compréhension de la démocratie et sans esprit critique, les jeunes ne deviendront jamais des citoyens responsables.
  • L’école n’offre que peu d’espaces d’écoute et de dialogue. Les frustrations gonflent et explosent en dehors de l’école, parfois de la pire des manières.
  • Face à ces constats, au manque de places dans les écoles secondaires et au fait que plusieurs écoles à pédagogies actives se sont ouvertes à Bruxelles ces dernières années, l’envie d’ouvrir une école a vite émergé : une école à pédagogies actives mais dans un quartier qui présenterait une mixité sociale.

    Une fois que l’idée d’essayer d’ouvrir une école ne nous a plus quittés, nous avons travaillé à un projet pédagogique solide. Pour ce faire, nous nous sommes basés sur nos expériences de terrain, bien sûr, mais aussi sur d’autres projets pédagogiques très intéressants d’écoles bruxelloises, belges ou d’autres pays. Nous avons lu, étudié, visité des écoles, participé à des formations, des congrès… Et nous continuons d’ailleurs !

    Avoir un rêve et un projet pédagogique, c’était bien mais on nous a vite expliqué que nous ne serions crédibles que si nous trouvions un bâtiment. La partie moins drôle du projet a alors commencé. Nous avons ramé pendant un an, parfois même désespéré. Et puis, nous avons trouvé ! Une étape cruciale était alors franchie. Mais il manquait le plus important, trouver des partenaires aussi enthousiastes que nous ! Et là nous avons eu beaucoup de chance.

    Nous avons rencontré des personnes réellement motivées dans les réseaux (que ce soit à la FELSI qui nous a apporté son expérience et une aide précieuse depuis le début du projet, ou au CPEONS, réseau duquel les deux écoles qui ouvrent en septembre 2017 dépendront).

    Nous avons ensuite rencontré les Communes de Berchem-Sainte-Agathe et Molenbeek-Saint-Jean qui ont tout de suite accroché au projet et avec lesquelles nous nous sommes lancés de manière concrète dans cette aventure.

    Parallèlement nous avons pris contact avec la Fédération Wallonie Bruxelles qui avait la même volonté d’ouvrir des écoles de qualité et qui nous a permis de réaliser notre projet.

    L’ULB est ensuite montée dans le bateau avec le même enthousiasme.

    C’est donc un projet qui voit le jour grâce à l’adhésion et à l’implication de chacun des partenaires.

    ___________________________

    N’hésitez pas à consulter aussi nos statuts.